AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Anonymat – Acte 1 : VPN et HADOPI…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
saggitaire60
rédacteur en chef
rédacteur en chef
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4671
Age : 63
Localisation : Beauvais
Réputation : 20
Date d'inscription : 29/05/2006

MessageSujet: Anonymat – Acte 1 : VPN et HADOPI…   Sam 16 Oct - 18:52

Anonymat – Acte 1 : VPN et HADOPI… et vous vous pensez anonymes ?

5 octobre 2010

Ce billet est le premier d’une petite série sur le thème de l’anonymat, des VPNs, et par extension, des attaques possibles. Pour un plus grand confort de lecture, ce qui ne devait faire qu’un seul billet va du coup en faire plusieurs, ils auront un caractère plus ou moins technique. Le premier est une (longue) introduction aux bases de l’anonymisation IP… bonne lecture.



Fallait pas me chercher…

VPN par ci, VPN, par là, je commence à être blasé d’entendre ce mot utilisé n’importe comment et à toutes les sauces, et surtout d’entendre tellement de contre-vérités sur leurs vertus « anonymisantes ». Comme promis, voici quelques réflexions sur les VPNs, motivées par une recrudescence de spams sur ce blog liés à l’exploitation du bruit autour d’HADOPI. Si certains, plutôt courtois me proposent d’essayer leurs solutions, d’autres viennent carrément pourrir systématiquement tous les billets où ils décellent le mot « HADOPI » pour venir coller un lien sur leur site web qui prétend vendre de la sécurité à 5 euros par mois. Mais le plus dérangeant dans tout ça, c’est surtout les idées fausses qui sont véhiculées sur de nombreux sites ou wikis, et tendant à dire qu’un VPN est l’arme absolue pour vous mettre à l’abri de l’inspection en profondeur de paquets (DPI) et préserver votre anonymat.

Qu’est ce qu’un VPN ?

Un réseau privé virtuel ou VPN est un tunnel chiffré dans lequel on fait passer ses communications dans le but de les sécuriser. Ainsi, on entend contrôler les routes empruntées par les informations afin d’éviter la captation par des tiers non autorisés.

Si les VPNs sont pour l’instant une réponse très relativement efficace pour passer sous les radars de Trident Media Guard (je dis bien pour l’instant car sur certains protocoles de P2P, ça risque de ne pas durer, et pour le reste…), ils ne sont pas la panacée, et ne suffisent pas à garantir votre anonymat. Que ce soit sur les réseaux P2P ou sur de simples sites web, il existe, même derrière un VPN, plusieurs techniques permettant de révéler votre véritable adresse IP. Les pièges sont nombreux, ils émanent autant des sites que vous visitez que de votre propre fait, il est donc primordial d’en avoir conscience.

Les racines du mal

En pondant un texte aussi peu inspiré qu’HADOPI, notre bon législateur s’est involontairement exposé à une menace bien réelle dont on peut observer quelques effets indésirables dans d’autres pays. De nombreuses sociétés se sont engouffrées dans ce nouveau marché de la surveillance de masse et du contrôle généralisé, d’autres tentent d’y apporter des parades. Notre Ministre de l’industrie a de quoi se frotter les mains, il va ici voir emerger un nouveau pan de l’économie hexagonale, bien nauséabond, celui de la course à l’armement numérique. Sur Internet comme dans la vraie vie, les marchands de canons peuvent être des personnes très sympathiques, c’est de la protection qu’ils vous vendent sur le papier, mais la mort reste leur fond de commerce. Fabrice Epelboin en parlait très bien dans sa publication sur les révélations d’un CTO de réseau pédopornographique, ses prémonitions sont en train de se concrétiser. Jusque là, les gens qui avaient besoin d’assurer leur parfait anonymat étaient soit des professionnels dont la confidentialité des échanges est nécessaire de par la nature de leurs fonctions, soit des gens dont la nature illicite et criminogène des activités nécessitaient d’éviter de se faire pincer. En ramenant le besoin d’anonymat à des comportements d’ordre délictuels du type téléchargement de MP3 copyrightés, il ne faut pas s’étonner de voir certains réseaux mafieux se frotter les mains en se disant qu’ils vont pouvoir s’attaquer à des marchés plus grands publics. Leurs infrastructures sont là, elles n’attendent plus que les bons gogos… et ces gogos, c’est nous tous !

Ceci est très dérangeant et paradoxal car l’anonymat et la vie privée (ou la protection de la confidentialité) est un besoin légitime, la sécurisation des échanges l’est aussi. Les démarches administratives (impôts, URSSAF…), les opérations bancaires ou financières(…) nécessitent des échanges sécurisés.

On peut donc remercier nos élus d’avoir fait pour l’Internet ce choix de société, souvent par manque de courage politique, quelques fois par e-gnorance, mais aussi et surtout par jemenfoutisme. Vous trouvez que j’y vais un peu fort ? Dans ce cas, respirez un grand coup avant de lire la suite car je n’ai pas terminé… l’échauffement.

Internet est un réseau public

Internet n’a pas été pensé pour l’anonymat ou la vie privée, il s’agit d’un réseau public, les informations de routage sont donc publiques et les données ne sont à l’origine pas chiffrées. Internet permet naturellement le chiffrement mais ce dernier ne cache pas l’identité de l’émetteur ni du destinataire (le chiffrement cache le payload mais pas les informations de routage ni les métadonnées).

L’Internet est constitué d’AS (systèmes autonomes) qui appartiennent à des fournisseurs d’accès, les AS communiquent via des IX (Internet Exchange). C’est dans les AS (je n’ose imaginer que des ayants-droit ou des officines privées accèdent un jour aux IX) que des personnes qui veulent vous « sécuriser » iront, si on les laisse faire, placer leurs dispositifs d’écoute… tout simplement car c’est là que passent le plus de communications. Ce ne sera pas un problème pour Orange ou SFR (qui utilisent déjà le Deep Packet Inspection pour détecter les DDoS, Spam, Botnets et autres attaques virales) que de faire directement de l’écoute sur leur AS, en revanche sur les IX, d’autres FAI pourraient voir ça d’un très mauvais oeil. Mais aux USA, il est par exemple admis que la NSA puisse réaliser ses écoutes directement au niveau des IX. En France, on imagine bien que la DGSE puisse pratiquer elle aussi de telles captations sur un IX, mais Jean-Marc Manach vous en parlerait sûrement mieux que moi.

Toujours est-il que les FAI (beaucoup) conservent les logs au niveau des AS et sont en mesure de vous dire qui a communiqué avec qui à une date donnée. Je suis un peu plus circonspect concernant la production et la rétention des logs sur les IX, c’est un sujet que je ne maîtrise pas spécialement, mais selon les politiques de surveillance des agences gouvernementales de certains pays, certains IX font l’objet d’une capture de l’intégralité du trafic. A contrario, en Russie par exemple, où il existe peu d’IX, tout est extrêmement surveillé.

Les bases de l’anonymat

Je n’ai certes pas la prétention de donner un cours exhaustif sur l’anonymat mais ayant conscience de ce qu’il implique, je me permettrai simplement, je l’espère, de briser un mythe qui consiste à vous faire gober que des « solutions » simplistes répondant à peine à 10% des problématiques de l’anonymat sont des solutions pérennes pour la protection de votre identité sur les réseaux. Tout ceci est bien plus complexe qu’on aime à vous le dire.

Un VPN (réseau privé virtuel), propose la création d’un tunnel, généralement chiffré entre votre ordinateur (ou dans certains cas votre routeur) et le fournisseur du service. Dans la majorité des cas, tout ce qui passe entre le fournisseur du service et le contenu que vous ciblez passe en clair sur le réseau. Peu de services proposent un chiffrement « end to end » (de bout en bout) , c’est là la première vulnérabilité des solutions de VPN. Si tout passe en clair entre votre prestataire et le contenu que cible votre visite, généralement sur un serveur distant, au fond à droite des Internets, vous avez intérêt à avoir sacrément confiance en lui. Prenez bien conscience qu’en choisissant un fournisseur de service VPN, vous lui confiez la même chose que ce que vous confiez à votre fournisseur d’accès Internet, la moindre des précautions est donc de connaitre la législation en vigueur dans le pays de ce fournisseur de service.

Au chapitre des erreurs, la plus communément observée est l’amalgame fait entre la protection du contenu (ie chiffrement) et la protection du contexte (ie anonymat), entre chiffrement et processus visant à réduire les risques de captation de données. Si on devait résumer ça simplement on dirait que :

•Les contenus définissent l’information
•Le contexte définit l’environnement et les modalités d’accès à l’information.
•On protège les contenus par le biais du chiffrement.
•On protège le contexte par une série de méthodes et techniques adaptées, et sûrement pas par un produit, qu’il soit matériel ou logiciel.
Si le contenu ou le contexte est compromis, c’est votre anonymat qui est compromis.

Il convient également de faire la différence entre protection de la vie privée et anonymat :

•Anonymat : la faculté de ne pas se faire identifier par un tiers ;
•Protection de la vie privée : la faculté de protéger ses communications de la captation par des tiers non autorisés… Autrement dit, d’empêcher des tiers de savoir ce que vous dites ou ce que vous faites.
Si vous m’avez bien lu, vous devez donc comprendre par exemple qu’un réseau chiffré n’est pas forcément garant de votre anonymat. Et inversement, TOR protège le contexte… mais pas le contenu (mais nous allons y revenir dans un prochain billet de cette même petite série).

Qui écoute quoi et où ?

Vous avez tous entendu une phrase stupide, même sortant de la bouche de personnes connues comme Mark Zuckerberg (le fondateur de Facebook) du type : « si on a rien à se reprocher, on a rien à cacher« . Il doit s’agir de personnes qui n’ont jamais par exemple effectué un achat sur Internet ou qui n’ont jamais échangé un mail ou des photos avec leur famille…

En France, la captation de données informatiques, particulièrement quand il s’agit de données à caractère personnel, est très encadrée, elle nécessite l’intervention d’un juge, une enquête judiciaire…

Oui mais voilà, si l’internet s’arrêtait aux frontières françaises, on appellerait ça le Minitel… ou l’Internet par Orange. Vos communications, même nationales empruntent des routes qui ne sont pas toujours sur le territoire national, et donc non soumises aux mêmes contraintes juridiques, un fournisseur de services peut très bien décider de capter ces données pour une raison x ou y… comme par exemple le Patriot Act aux USA. Du coup, si vous en venez à passer par un fournisseur de service VPN aux USA, il ne faudra pas vous étonner si vos communications sont interceptées par les services américains, c’est la loi américaine qui est ainsi. Son pendant européen est la loi sur la rétention des données. Le choix de l’implantation des serveurs du provider dans telle ou telle juridiction est particulièrement important. Fournir des solutions d’anonymat ou du VPN demande une vraie maitrise juridique car c’est un paramètre crucial.

Est-ce que vous confieriez vos données personnelles à ….

Allez, fermez les yeux, et imaginez un instant que je travaille pour Universal Music, comment je procéderai à votre avis si je voulais faire la chasse aux petits resquilleurs ? Bingo, je monterai un service de VPN plus ou moins clairement brandé « contourner hadopi », je l’appellerai par exemple Hadopi en verlan…. ça fait djeuns, ça fait rebelz, et c’est surtout un super moyen de diriger (et même capturer) tout le trafic des gros téléchargeurs vers chez moi afin de mieux les identifier… et en plus, pour une fois, ils sont assez gogos pour payer.

La suite dans : Anonymat – Acte 2 : Les solutions d’anonymat tiennent-elles réellement leurs promesses ? (to come soon)


_________________
Un virus inconnu à contaminé mon clavier, c'est pour cela qu'il y a des fautes d'orthographe. Veuillez l'en excuser...hum hum


Quand j'étais jeune, j'étais con, mais avec le temps, je suis resté très jeune.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fre1af.free.fr/
@dn
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8320
Age : 45
Localisation : BZH
Réputation : 12
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Anonymat – Acte 1 : VPN et HADOPI…   Dim 17 Oct - 18:45

un peu dur a suivre, mais passionnant !

_________________
De retour sur les bancs de l'école geek 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adn56.free.fr/
saggitaire60
rédacteur en chef
rédacteur en chef
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4671
Age : 63
Localisation : Beauvais
Réputation : 20
Date d'inscription : 29/05/2006

MessageSujet: Re: Anonymat – Acte 1 : VPN et HADOPI…   Mar 19 Oct - 23:02

Anonymat – Acte 2


Les solutions d’anonymat tiennent-elles réellement leurs promesses ?


L’anonymat sur le Net est quelque chose de bien trop sérieux pour laisser une place au hasard. Dans certain pays, il est le garant de la liberté de certaines personnes (journalistes, opposants politiques…), pour certaines personnes, une erreur et leur vie peut être mise en danger. Dans le premier billet de cette petite série, nous avons fait la différence entre la protection du contenu et du contexte. Nous avons vu que la protection des contenus passait par le chiffrement des données et que la protection du contexte, bien plus complexe, nécessitait un ensemble de mesures adaptées à des problématiques variées et qu’il existait une forte interdépendance entre ces mesures. Ce que l’on souhaite quand on parle d’anonymat, c’est bien évidemment une solution capable de protéger tant le contenu que le contexte.
Nous allons nous pencher maintenant sur quelques solutions d’’anonymat communément utilisées et tenter de comprendre ce qu’elles protègent exactement.

•Utiliser le wifi du voisin : sachez dans un premier temps que ceci est parfaitement illégal, à moins que vous n’ayez expressément été invité à le faire. Sinon ça porte un nom : intrusion et maintien dans un système de traitement automatisé de données, auquel la LOPPSI devrait même venir ajouter une usurpation d’identité, et ça coûte relativement cher, à savoir de deux ans d’emprisonnement et de 30000 euros d’amende (Loi Godfrain amendée par la Loi dans la Confiance en l’Economie Numérique dont le petit nom est LCEN), et 3 ans et 45000 euros d’amende en cas de modification ou destruction de données. Dans le cas de l’utilisation de la connexion wifi d’un tiers, l’anonymat est loin d’être garanti. L’administrateur du réseau local peut très bien intercepter vos données directement sur son LAN et ce type d’intrusion est facilement détectable (tien une ip en plus sur le réseau)… Si en plus vous faites tout passer en clair, vous avez intérêt à faire extrêmement confiance en la bienveillance ou l’ignorance de votre victime… au fait vous êtes bien sur que le réseau wifi utilisé n’est pas tout simplement un honeypot uniquement destiné à intercepter vos données personnelles ? Bref vous l’aurez compris, cette solution n’en est pas une, en outre elle protège une partie du contexte, mais surement pas le contenu.

•Les serveurs proxy : un serveur proxy permet de masquer son IP pour une utilisation donnée correspondant au port utilisé par une communication. On trouve aisément des proxy pour les usages les plus fréquents (navigation web, transferts de fichiers…). Les proxy ne sont pas une solution satisfaisante pour l’anonymat, il ne protègent qu’une toute petite partie du contexte. Il est impératif d’utiliser SSL pour protéger le contenu de la communication et la protection du contexte peut également être améliorée en utilisant plusieurs proxy en chaîne (proxy chain). Attention, la contrepartie, c’est que chaque proxy est également un maillon faible puisqu’il peut loguer les connexions. Les proxy sont cependant un terme très générique et il convient de porter son choix sur les proxy anonymes qui ne loguent pas les communications et ne révèlent pas votre adresse ip à tous vents (attention, toujours dans le cadre d’une communication sur un port donné). On distinguera également les proxy SOCKS et CGI (généralement une page web avec une barre d’adresse dans laquelle on place l’url que l’on souhaite visiter discrètement), d’une manière générale les proxy SOCKS sont plus difficilement identifiables par le site cible que les CGI. Attention enfin aux proxy open socks, il s’agit en fait souvent de machines compromises par des hackers qui peuvent prendre un malin plaisir à intercepter vos données. Les proxy payants peuvent donc êtres considérés comme plus fiables. Les proxy ne gèrent pas correctement la protection du contexte, la protection du contenue, si elle est assurée par SSL peut également être faillible par Man in the Middle.

•Le chaînage de proxy : une méthode également assez répandue mais qui a pour effet de ralentir les surfs, est de passer par plusieurs serveurs proxy. Là encore ce n’est pas parce qu’on utilise 3 ou 4 proxy de suite que l’on peut se considérer comme réellement anonyme. Ces proxy doivent être anonymes, ne pas loguer les connexions et ceci ne dispense absolument pas de chiffrer les contenus, l’utilisation de SSL n’est pas une option, mais là encore, certains vous diront à raison que SSL c’est bien … mais… Les protocoles plus exotiques apporteront donc une sécurité accrue mais seront évidemment plus difficiles à mettre en place ou à utiliser. C’est ce genre de solution, couplé à des règles drastiques sur les noeuds qui composent son réseau, que repose la solution JonDonym (JAP) : géographiquement distribués, préalablement audité, opérateurs de noeuds conventionnés, JonDonym est une solution de proxychain assez évoluée qui tend à protéger le contexte de manière quasi satisfaisante pour peu que l’utilisateur observe quelques bonnes pratiques complémentaires (comme utiliser pour surfer une machine virtuelle sous OpenBSD avec une redirection du serveur X sur SSH, la désactivation ds cookies ou de toutes les extensions de navigateur dangereuses dont nous allons parler un peu plus loin…). Attention cependant JonDonym se traîne une réputation sulfureuse, et des rumeurs de backdoors ont couru. La police allemande se serait intéressée de près à ce réseau.

•Les VPN : Un VPN est un réseau privé virtuel. On le dit virtuel car il n’y a pas de ligne physique dédiées qui relie les nœuds. On le dit également privé parce qu’il utilise le chiffrement. Les VPN utilisent un chiffrement fort entre les nœuds pour accentuer la protection du contenu (on ne se contente pas de faire confiance aux noeuds). Une des principales différences entre un proxy et un VPN est que le proxy opère sur la couche applicative du modèle OSI, alors que le VPN opère sur la couche réseau. Le VPN est donc naturellement plus résistant à des fuites d’adresses IP. En clair, un proxy anonymise une application (un client mail, un navigateur…), un VPN, lui, tend à anonymiser le trafic d’un OS, c’est à dire l’ensemble de ses applications en opérant sur la couche réseau permettant à ces applications de communiquer. Usuellement les services VPN utilisent des noeuds dans des juridictions offshore mais ceci ne suffit pas. En outre, les vertus anonymisantes des VPN ont largement été survendues, d’ailleurs, il n’est pas rare que certains (mêmes gros) acteurs qui prétendent ne pas loguer les connexion, en pratique, les loguent. Autant vous le dire tout de suite, les providers américains loguent, ils en ont la quasi obligation(Patriot Act).

•Tor : Tor est une solution d’anonymat basée sur le concept d’onion routing (routage en oignon), il implique un chiffrement des données préalable qui, passant de noeud en noeud se voit cryptographiquement dénudé d’une couche, d’où son nom. Le concept d’onion routing a initialement été développé par l’US Navy et Tor est son implémentation la plus connue. Tor est un réseau semi-centralisé qui se compose d’un programme et d’un réseau d’environ 200 noeuds. Un utilisateur peut utiliser le réseau passivement ou choisir de relayer le trafic d’autres utilisateurs. Les communications passent par trois noeuds avant d’atteindre un noeud de sortie. Les routes des noeuds sont chiffrées, ainsi que le contenu. Chaque nœud enlève une couche de chiffrement avant de transmettre les communications. Contrairement à SSL, Tor est connu pour être résistant à des attaques par Man in the Middle en raison d’un chiffrement sur 80 bits (pas énorme mais suffisant) de l’authentification post communication. Nous reviendront dans le prochain billet sur Tor, ses vulnérabilités, ainsi que sur Freenet et I2P. Nous verront pour ces solutions que le contexte est faillible.
Les maillons faibles

Ce qui va suivre est loin d’être exhaustif, ces quelques éléments ne sont là que pour vous guider un peu mieux sur les bonnes solutions et les bonnes pratiques, en fonction du niveau de protection de vos données personnelles recherché. Il y a dont une bonne et une mauvaise nouvelle (nous creuserons plus tard la mauvaise). On commence par la mauvaise la quasi intégralité des solutions sont plus ou moins vulnérables aux éléments de protection de contexte ci-dessous. La bonne est que ce n’est pas innéluctable et que vous connaissez très bien votre pire ennemi, c’est à dire vous même.

1.Les plugins de navigateurs bavards : Le premier maillon faible, c’est votre navigateur web et d’une manière générale toutes les applications qui se connectent à l’internet. Si sur la route, les protocoles de chiffrement peuvent vous protéger, vous n’êtres pas du tout à abri d’un plugin de navigateur trop bavard. Au hit parade de ces extensions, Acrobat Reader, Windows Media, QuickTime, et Flash.

2.Les réseaux trop sociaux et les identifications un peu trop fédératrices : L’identification sur un site web, particulièrement quand il s’agit d’un super réseau social tout de javascript vêtu avec de supers API faites dans le but louable de rapprocher des personnes qui ne se connaissent pas et exportables sous forme de widgets sur des sites web tiers… toutes ressemblance avec un certain Facebook est purement pas du tout fortuite… est un danger énorme pour vos données personnelles. Il est même particulièrement simple de révéler votre véritable adresse IP en exploitant l’API du dit réseau social. La règle de base est donc de ne jamais s’identifier sur plus d’un site à la fois… finit les 57 onglets dans votre fenêtre de navigateur si vous voulez la paix, il faut être avant tout méthodique : une machine virtuelle = une authentification sur le Net. Au dessus, vous vous exposez de fait à un vol de session.

3.Les mauvaises implémentations logicielles : Un mécanisme de sécurité, comme un algorithme de chiffrement, peut être compromis, ou plutôt contourné, suite à une mauvaise implémentation. Là encore c’est dramatiquement banal, on a par exemple tous encore tête la réintroduction d’une faiblesse d’implémentation du mécanisme de génération des clef WPA des BBox, les box du fournisseur d’accès Internet Bouygues. Attention, les mauvaises pratiques de développement ne touchent pas que des clients lourds, elles touchent aussi des sites web… oui même des gros sites très célèbres… surtout des gros sites très célèbres. Ainsi, un XSS bien placé et c’est le vol de session. Un simple cookie est susceptible de dévoiler votre véritable identité. Dans le monde de la sécurité les cookies ont deux fonctions : être mangés ou être supprimés (non acceptés c’est encore mieux).

4.L’interface chaise / clavier : Si vous ne voyez pas de quoi je parle, il s’agit tout simplement de l’utilisateur lui même. Le vrai problème est qu’aujourd’hui, non seulement tout est fait dans les systèmes d’exploitation moderne pour vous masquer le plus posssible les couches complexes (combien de personnes ici savent comment fonctionnent une pile TCP/IP), mais tout ces marchands de sécurité, FAI en tête exploitent votre méconnaissance du réseau et s’en font un business particulièrement lucratif. Avec HADOPI, tout ce petit monde a une occasion rêvé pour vous vendre des solutions tantôt de sécurisation, tantôt de contournement. Le résultat est le même et la démarche est toute aussi sujette à réflexion.

5.Le contenu cible : En fonction de votre solution d’anonymat, les sites que vous visitez peuvent eux aussi représenter une menace, il n’est pas rare que certains sites, eux mêmes victimes de failles distribuent du malware et compromettent la sécurité des données personnelles de leur visiteurs. D’autres encore, spécialement destinés à piéger les visiteurs, n’hésiteront par exemple pas à doter un formulaire de contact ou d’inscription d’une fonction de keylogin (une pratique pas courante mais existante sur certains sites de warez et destinée à dépouiller les visiteurs qui auraient la mauvaise idée d’utiliser pour ces sites les mêmes mots de passe qu’ils utilisent pour leur compte Paypal ou leur messagerie).

Dans le troisième et prochain billet de cette série, nous aborderons plus en détail les attaques possibles sur les solutions d’anonymat. Le billet sera donc un peu plus technique que celui-ci

_________________
Un virus inconnu à contaminé mon clavier, c'est pour cela qu'il y a des fautes d'orthographe. Veuillez l'en excuser...hum hum


Quand j'étais jeune, j'étais con, mais avec le temps, je suis resté très jeune.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fre1af.free.fr/
bouber34
GLOBAL MODO DES POTOS
GLOBAL MODO DES POTOS
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2509
Age : 77
Localisation : Hérault
Réputation : 8
Date d'inscription : 29/05/2006

MessageSujet: Re: Anonymat – Acte 1 : VPN et HADOPI…   Mer 20 Oct - 8:04

Salut
Difficile a digérer au petit déjeuner.
Merci quand même pour l'info
Z+

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anonymat – Acte 1 : VPN et HADOPI…   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anonymat – Acte 1 : VPN et HADOPI…
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le mail d' HADOPI
» Le SPAM Hadopi est pret
» Les DSLAMS de Bouygues seraient-ils HADOPI Ready ?
» News Group
» Aubrey ? Seul un acte de pur amour pourra faire fondre un coeur glacé.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
@dN le forum :: LA VIE DU FORUM :: Le coin blabla-
Sauter vers: